ROMAN Joseph Hippolyte (1840-1924)

Il fit des études de droit à Paris et ne fut qu’auditeur à l’Ecole des Chartes où il ne souhaita pas entrer, ce qui ne l’empêcha pas d’être un des plus grands historiens de son temps. Il entra en relations avec Edouard de LAPLANE. L’historien de Sisteron qui fut son premier maître, lui prêta des livres d’archéologie et lui fit comprendre l’importance de la précision dans l’analyse des manuscrits antiques.

Sa grande capacité intellectuelle, l’étendue de ses connaissances, ses relations avec le monde savant aussi bien parisien que provençal ou dauphinois, l’amenèrent à s’intéresser aux sujets les plus variés de l’Histoire nationale ou locale Il publia des articles dans de nombreuses revues telles que le Bulletin de l’Académie Delphinale, de la Société scientifique de l’Isère, de la Société de l’Histoire de France, du Comité des travaux historiques et naturellement dans le Bulletin de la société d’études des Hautes-Alpes. Son œuvre Historique sur le Département est considérable : Dictionnaire topographique des Hautes-Alpes. Tableau historique des Hautes-Alpes. Répertoire archéologique des Hautes-Alpes. Sigillographie des diocèses de Gap et d’Embrun, ainsi que de nombreuses études. Sa bibliographie compte 400 titres, ce sont pour la plupart des ouvrages auxquels on se réfère encore de nos jours. Joseph ROMAN fut à partir de 1880, correspondant du ministère de l’Instruction Publique et en 1908 membre résident de la société nationale des Antiquaires de France. Dessinateur très habile, de sceaux, de monnaies, d’objets d’art, tous les dessins ornant ses ouvrages sont ses œuvres. Très marqué par la guerre de 1914-18, au cours de laquelle un de ses fils tomba au Champ d’honneur, il perdit la mémoire et sa facilité de travail à partir de 1915. Il ne cessa pas, pourtant de travailler et publia encore en 1919.


Laisser un commentaire

Vous devez être enregistré pour écrire un commentaire.
Accueil © 2018 La Bâtie-Neuve · Fièrement propulsé par WordPress